Le régulateur des marchés nigérian publie des règles sur les actifs cryptographiques


LAGOS, 14 mai (Reuters) – Le régulateur nigérian des marchés a publié un ensemble de réglementations pour les actifs numériques, signalant que le pays le plus peuplé d’Afrique tente de trouver un terrain d’entente entre une interdiction pure et simple des actifs cryptographiques et leur utilisation non réglementée.

L’année dernière, la banque centrale du Nigéria a interdit aux banques et aux institutions financières de négocier ou de faciliter des transactions en devises numériques.

Mais la population jeune et férue de technologie du pays a adopté avec empressement les crypto-monnaies, par exemple en utilisant le commerce peer-to-peer proposé par les échanges cryptographiques pour éviter l’interdiction du secteur financier.

Inscrivez-vous maintenant pour un accès GRATUIT et illimité à Reuters.com

La Securities and Exchange Commission (SEC) du Nigéria a publié les “Nouvelles règles sur l’émission, les plateformes d’offre et la garde des actifs numériques” sur son site Web.

Le document de 54 pages énonce les exigences d’enregistrement pour les offres et les dépositaires d’actifs numériques, et classe les actifs en tant que titres réglementés par la SEC.

Un porte-parole de la banque centrale n’a pas répondu aux appels sur son téléphone portable.

La SEC a déclaré qu’aucune bourse d’actifs numériques ne serait autorisée à faciliter la négociation d’actifs à moins d’avoir reçu une décision de “non-objection” de la commission.

Un échange d’actifs numériques devra payer 30 millions de nairas (72 289 $) à titre de frais d’inscription, entre autres frais.

En octobre, le Nigéria a lancé une monnaie numérique, l’eNaira, dans l’espoir d’élargir l’accès aux services bancaires. Les monnaies numériques officielles, contrairement aux crypto-monnaies telles que le bitcoin, sont soutenues et contrôlées par la banque centrale. Lire la suite

Inscrivez-vous maintenant pour un accès GRATUIT et illimité à Reuters.com

Reportage de MacDonald Dzirutwe à Lagos et Camillus Eboh à Abuja Montage par Mark Potter

Nos normes : Les principes de confiance de Thomson Reuters.

.



Source link

Leave a Comment